Actualités

Kubota remporte le prix du « diesel de l’année »

  • Société :
    Bouchard Manutention
  • Date de parution :
    28/02/19
Bouchard Manutention logo

Avec son moteur V5009, développé pour répondre aux normes les plus strictes des Etats-Unis, d’Europe et d’Asie, Kubota remporte le prix du diesel de l’année.

Daniel Grant, responsable marketing de Kubota business Unit Engine Europe se réjouit de ce prix : « Kubota est extrêmement fier et honoré de recevoir le prix du “diesel de l’année 2019”, spécialement en tant que premier vainqueur japonais. C’est particulièrement remarquable cette année durant laquelle les nouvelles normes européennes stage V sont introduites. Le nouveau V5009 ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire de Kubota et son entrée sur de nouveaux marchés avec le nouveau 5 litres haute performance et polyvalent. Après des années de recherche et développement intensif il est fin prêt pour le marché. C’est une réelle satisfaction pour Kubota que ce travail soit reconnu »

Aujourd’hui tous les industriels doivent construire des moteurs dont les émissions sont certifiées en incorporant les systèmes post-traitement en regard des niveaux requis d’émissions. Kubota a travaillé là-dessus pour faire partie des choix numéro 1 des industriels pour équiper leurs machines en dessous des 100 cv et le V5009 marque l’entrée dans la catégorie des 200 cv.

Kubota a pris à bras le corps le challenge de la transition énergétique. “ Nous continuons d’investir dans des motorisations diesels de dernière génération avec un filtre à particules pour répondre à la norme Stage V. Cette énergie reste la plus probante en termes de simplicité d’utilisation, d’autonomie et d’efficience pour la typologie d’utilisation de nos machines. Et avant de proposer une version full électrique, nous allons lancer rapidement une solution intermédiaire ”, détaille Keigo Watanabe, Directeur de la division TP Kubota Europe. D’autant que les marchés intéressés par le matériel compact se situent en villes, là où la problématique sur les émissions est la plus sensible.

« Le développement de l’électricité comme source d’énergie verte est inévitable pour nos machines mais il dépend du surcoût que le client final est prêt à investir. D’autre part, en terme de productivité, le rapport autonomie/temps de charge est déterminant dans la décision d’achat », ajoute le directeur.